Home

KELEIER / ACTUALITES

Dour ar vuez ha komz an douar / L’eau de la vie et la parole de la terre

E parrez-vraz Itron-Varia ar Folgoad hag an aberiou, a ’n-em led euz Plouzeniel beteg Goulven, hag euz Landeda beteg Koz-Meal, ez-eus 90 savadur relijiel, da lavared eo ilizou, chapeliou ha karneliou, ha 86 anezo a zo staliet da vad war eur wazienn-zour a dremen enno dre o c’hreiz euz ar foñs beteg an aoter. Ne c’hell ket beza dre zigouez ! A-wechou zokén e kaver, ouspenn ar wazienn-dre-greiz, eur wazienn all o tond a-skwer pe a-viziez beteg an aoter, hag e daouzeg lec’h d’an nebeuta, war hini pe hini euz ar wazied-se e kaver ar feunteun. Ar souezusa eo chapel Prad-Paol e Plougerne, ’lec’h m’ema an aoter war ar feunteun. E iliz ar Folgoad n’eus nemed ar voger o tispartia lec’h an aoter diouz lec’h ar feunteun. Evel-se eo ive e chapel Sant-Fieg e Plouider. E Sant-Yann Balanant Plouvien hag e Sant-Lorañs Plougerne ar wazienn a groaz a-skwer ar wazienn-dre-greiz dindan an aoter hag a gendalc’h goude-ze beteg ar feunteun. E Brendaouez Gwiseni e ro ar wazienn-greiz he dour d’eur poull e penn ar chapel. E Santez-Perounel Plouzeniel hag e Sant-Urfold Plouvien eo liammet an aoter hag ar feunteun dre eur wazienn a-viziez, ’vel e chapel an Traoñ e Plougerne.        Al liamm-se etre an dour hag an aoter a zo koz, peogwir e kaver anezañ dija en 10ved kantved e rivinou chapel Lezkelen e Plabenneg hag en 12ved e Sant-Yann-Balanant Plouvien. Anad eo ez-eus bet dibabet atao lehiou resiz kenañ evid stalia al lehiou d’en em voda ha da bedi. Al lec’h, drezañ e-unan dija, a ranke disklêria ar zilvidigez. Dor ar zilvidigez eo ar vadeziant, hag evid badezi e ranker kaoud dour. Kavell ar vuez eo an dour. Ar vuez nevez, a resever dre ar vadeziant, a dremeno eta dre an dour. Ma ’z-eus eur feunteun e vezo klasket he gwazienn ha lakeet ar chapell pe an iliz warni ‘n eur drei anezi war-zu ar sklêrijenn. Rag eun eil tra a oa da veza disklêriet gand al lec’h : eienenn wirion ar vuez nevez eo maro hag adsao Jezuz,  kinniget deom, hag a vez lidet war an aoter. Ablamour da ze eo ema an aoter war ar wazienn-greiz.        E gwirionez on ilizou ha chapeliou a zo lehiet el lec’h m’emaint evid rei da entent, dre an douar zokén, komzou aviel sant Yann : «Unan euz ar zoudarded a skoas eun taol lañs en e gostez; ha raktal e teuas anezañ gwad ha dour.» (Yann 19/34). An dour a vez lidet er vadeziant, hag ar gwad en overenn war an aoter. Ablamour da ze e ranke ar Gelted «Pobl an douar» sevel o ilizou ha chapeliou war eur wazienn-zour a en em gavfe beteg kreiz an aoter, ha kement-se a zo anad awalc’h e parrez vraz ar Folgoad abaoe amzer sant Paol a Leon beteg hirio. Med marteze ne ouezom ket kén selaou ar pez a lavar deom an douar !        Dans la grande paroisse Notre-Dame du Folgoët Pays des Abers, qui s’étend de Ploudaniel à Goulven, et de Landéda à Coat-Méal, il y a 90 édifices religieux, églises, chapelles et ossuaires, dont 86 sont clairement implantés sur une veine d’eau qui passe par leur milieu depuis le fond jusqu’à l’autel. Cela ne peut être le fait du hasard! Parfois même on  trouve, outre la veine centrale, une autre veine perpendiculaire ou de biais  qui rejoint l’autel, et en douze endroits au moins sur l’une ou l’autre veine une fontaine. Le cas le plus étonnant est celui de la chapelle de Prat-Paol en Plouguerneau où l’autel se trouve sur la fontaine. A l’église du Folgoët il n’y a que le mur pour séparer le lieu de l’autel de la fontaine. Il en va de même à la chapelle Saint-Fiacre en Plouider. A Saint-Jean Balanant en Plouvien et à Saint-Laurent en Plouguerneau une veine croise perpendiculairement la veine centrale sous l’autel et continue ensuite jusqu’à la fontaine. A Brendaouez en Guissény la veine centrale fournit son eau ensuite à une fontaine-lavoir à l’extrémité de la chapelle. A Sainte-Pétronille en Ploudaniel et à Saint-Urfold en Plouvien le lien fontaine-autel se fait par une veine de biais, tout comme à la chapelle du Traoñ en Plouguerneau.        Ce lien entre l’eau et l’autel est ancien, car on le trouve déjà au Xème siècle dans les ruines de la chapelle de Lesquelen en Plabennec et au XIIème à Saint-Jean-Balananat en Plouvien. Il est évident que l’on a toujours choisi des endroits très précis pour implanter les lieux de rassemblement et de prière. Le lieu, en lui-même déjà, devait proclamer le salut. La porte du salut, c’est le baptême et pour baptiser il faut avoir de l’eau. Le berceau de la vie, c’est l’eau. La vie nouvelle, que l’on reçoit par le baptême, passera donc par l’eau. S’il y a une fontaine, on cherchera sa veine et on installera la chapelle ou l’église sur celle-ci en orientant le bâtiment vers la lumière. Car le lieu devait proclamer une seconde réalité : la vraie source de la vie nouvelle, c’est la mort et la résurrection de Jésus, offertes pour nous et célébrées à l’autel. Voilà pourquoi l’autel est sur la veine d’eau.        En fait nos églises et chapelles sont situées là où elles se trouvent pour nous donner à comprendre, par la terre elle-même, les paroles de l’Evangile de Saint-Jean : «Un des soldats, d’un coup de lance, le frappa au côté et aussitôt il en sortit du sang et de l’eau.» (Jean 19/34). L’eau est célébrée au baptême, et le sang à la messe sur l’ autel. Voilà pourquoi les Celtes «Peuple de la terre» devaient bâtir leurs églises et chapelles sur une veine d’eau qui arriverait jusqu’au milieu de l’autel, et cela est particulièrement évident dans cette grande paroisse du Folgoët depuis le temps de saint Pol de Léon jusqu’à aujourd’hui. Mais peut-être ne savons nous plus écouter ce que la terre nous dit !                                Job an Irien evid ar 17 a viz even / pour le 16 juin

Dour / De l'eau

    Amañ er puñs e vez peurliesa an dour war-dro tri metrad euz ar bord, ha war-dro daou er goañv. Gand ar zehor a ra, em-eus bet c’hoant gweled live an dour er puñs hag on chomet sebezet : a-wec’h ma ’z-eus dour er puñs. Red eo bet din diskenn ar muzul beteg foñs ar puñs, da c’hwec’h metrad euz ar bord eta, evid kaoud dour... ha n’eus ket kalz. Ar wech kenta eo din gweled an dra-ze amañ. Gouzoud a reom e vezo kudenn an dour unan euz gwasa kudennou ar c’hantved-mañ hag e rankim deski espern an dour, rag heb dour n’eus ket a vuhez!        O soñjal e kement-se eo deuet war va spered va emgav kenta gand an Tad Padraig o’Fiannachta diwar-benn speredelez kristenien Bro-Iwerzon. E Ballyvourney e oa. Fellet eo bet dezañ diskouez din al lec’h, e-kichenn ar gêriadenn, ma teu an dud da enori ha da bedi santez Gobnaït, eul leanez euz ar 6ved kantved.  Eun delwenn anezi a zo eno hag, e-kichenn, eur feunteun. Izelloc’h, er vered, ema he bez dindan eun dorgennig. «An dud a deu amañ d’ar pardaez, hag e lavaront o chapeled, hag evid echui e teuont beteg ar feunteun da eva euz an dour» eme Padraig. Goude-ze e kasas ahanon er meneziou e daou pa dri lec’h all da weled feunteuniou all.  Bep tro e oa eur vogerig, a ree eur seurt kloz da ziwall ar feunteun diouz al loened, hag eur wenojenn a rae an dro d’ar c’hloz. En eul lec’h om en em gavet gand eur famill, tad, mamm ha bugale, a oa oc’h echui he zroiou. An tad eo a rene ar bedenn. Lavared a reas deom e teuent da bedi ar Werhez Vari tro-dro d’ar feunteun bep sul d’an noz araog koan. Ha Padraig da zisplega din e oa bet atao ar feunteuniou lehiou sakr evid ar Gelted, peogwir e oant sin a vuez. Eur wech deuet da veza kristenien, Iwerzoniz o-deus kendalhet da zarempredi a lehiou-ze, en taol-mañ abalamour d’o badeziant a roe dezo eur vuez nevez.        E Kerne-Veur hag e Bro-Gembre, kenkoulz hag amañ e Breiz-Izel, on-eus kavet ar memez giziou tro-dro d’ar feunteuniou.  Heb dour, n’eus ket a vuez. Ken gwir eo ma ranke al lec’h a bedenn, chapel pe iliz, beza savet war eur wazienn-zour a dreuze ar zavadur dre ar c’hreiz euz ar foñs beteg an aoter, hag a-wechou zokén, er-mêz, en tu all d’ar voger, e kaver ar feunteun, ’vel er Folgoad da skwer! A gement-se e raim ano...ar wech a zeu!Puits perdu : comment le faire      Ici dans le puits le niveau de l’eau est habituellement à trois mètres du bord, et autour de deux en hiver. Avec la sècheresse actuelle, j’ai eu envie de voir le niveau de l’eau dans le puits et j’en ai été bien surpris : à peine s’il y a de l’eau dans le puits.  Il m’a fallu descendre la mesure jusqu’au fond du puits, c’est à dire à six mètres du bord, pour avoir de l’eau...et encore pas beaucoup. C’est la première fois que je vois cela ici. Nous savons que le problème de l’eau sera l’un des pires de ce siècle, et que nous devrons apprendre à épargner l’eau, car sans eau il n’y a pas de vie!        Pensant à cela, m’est revenu à l’esprit ma première rencontre avec le Père Padraig o’Fiannachta au sujet de la spiritualité des chrétiens d’Irlande. C’était à Ballyvourney. Il a tenu à me montrer le lieu, auprès de la ville, où les gens viennent honorer et prier sainte Gobnaït, une moniale du VIème siècle. Il y a là une statue d’elle et à côté une fontaine. Plus bas, au cimetière, se trouve son tombeau sous un monticule. «Les gens viennent ici le soir, et disent le chapelet, et pour finir viennent jusqu’à sa fontaine boire de de l’eau» dit Padraïg. Ensuite, il me conduisit dans les montagnes en deux ou trois autres endroits pour voir d’autres fontaines. Chaque fois il y avait un petit mur, qui faisait une sorte d’enclos pour protéger la fontaine des animaux, et un sentier faisait le tour de l’enclos. Dans un des endroits nous avons rencontré une famille, père, mère et enfants, qui terminait leurs tours. C’est le père qui dirigeait la prière. Il nous dit qu’ils venaient prier la Vierge Marie autour de la fontaine le dimanche soir avant le dîner. Et Padraïg de m’expliquer que les fontaines avaient toujours été des lieux  sacrés pour les Celtes, puisqu’elles étaient signes de vie. Une fois devenus chrétiens, les Irlandais ont continué à fréquenter ces lieux, cette fois à cause de leur baptême qui leur donnait une vie nouvelle.        En Cornouailles et au Pays de Galles, tout comme ici en Basse-Bretagne, nous avons trouvé les mêmes traditions autour des fontaines. Sans eau, il n’y a pas de vie. Ceci est tellement vrai qu’il fallait que les lieux de prière, chapelle ou églises, soient sur une veine d’eau qui traverse l’édifice par le milieu depuis le fond jusqu’à l’autel, et parfois même à l’extérieur, au delà du mur, se trouve la fontaine, comme au Folgoët par exemple! Nous en reparlerons... la prochaine fois!

 Evid an 3 a viz even Job an Irien

An Niverenn (178) MINIHI LEVENEZ numéro (178) de la revue MINIHI LEVENEZ:

 

Pennadou 2021

Chroniques 2021

Job An Irien

 

Koumanant bloaz (Bep eil miz) Abonnement annuel à la revue "MINIHI LEVENEZ": 50€

KLIKIT AMAÑ / CLIQUEZ ICI :

M'ho peus c'hoant kaout leoriou pe bladennou / Bon de commande

30ed deiz-ha-bloaz Minihi 30ed deiz-ha-bloaz Minihi dsc03138 dsc03140 dsc03143 dsc03144 dsc03145 dsc03147 dsc03148 dsc03149 dsc03153 dsc03155 dsc03157 dsc03161 dsc03162 dsc03163 dsc03164 dsc03165 dsc03166 dsc03167 dsc03168 dsc03172 dsc03173 dsc03174 dsc03176 dsc03177 dsc03181
<< > || >>
Free business joomla templates