Home

KELEIER / ACTUALITES

Sponterez / Terrorisme.

   Gwelet on-eus en-dro war ar skrammou ar pez on-noa gwelet war-eeun d’an 11 a viz gwengolo 2001 : touriou braz ar World-Trade-Center e New-York taget gand kirri-nij hag o koueza en o foull hag ar spontadeg e kalon an dud. E Lourdes e vedom gand pelerinaj eskopti Kemper hag on-eus soñjet dioustu e vefe red pedi ha pedi start evid na vefe ket respontet d’eur seurt taol sponterez gand eur spered a veñjañs. Goud a ouien dija e oa eun hent all da gemer, ha siwaz n’eo ket bet kemeret. Nag a vrezeliou hag a laherez spontuz e-neus bet ar bed da c’houzañv diwar an taol-sponterez-se en Irak, e Bro-Syria, en Nijeria... ha beteg en or bro deom-ni. Skeud ar sponterez a zo hirio c’hoaz war kalz broiou.
   Penaoz beva goude-ze ? Ar re o-doa gellet en em denna euz ar World-Trade-Center a ’n’em c’houlenne an dra-ze heb fin. Debret oa o spered hag o c’halon gand ar pez o-doa gwelet ha bevet. Kabluz en em zantent da veza beo... ’vel a lavar ar re a zo chomet beo goude lazadeg ar Bataclan. Penaoz beva c’hoaz ? Respont unan euz ar re a zo bet saveteet euz touriou braz New-York ‘deus skoet va c’halon. Kollet e-noa e oll vignoned hag e-pad bloaveziou e treine e vuez beteg an deiz m’e-noe eur bugel. Ha neuze e cheñchas pep tra. Evid ar bugelig-se e talveze ar boan beva, e zikour da zond da veza den ha treuskas dezañ kement a zo kaer er bed evid ma c’hellfe d’e dro kaerraad ar bed. Ar bugelig-se a zachas anezañ ouz tu ar vuez. Komzou an den-ze a zigasas soñj din euz komzou an ‘Abbé Pierre’ pa c’houlennas digand eun den a felle dezañ en em zistruj «Deus da zikour ahanon da zikour ar re all !» ha kement-se a oe penn-kenta Emmaüs.
   Or buez, forz pegen dister ha divlaz e c’hellfe beza a gemer eur ster nevez, eur blaz nevez ha kalz ledannoc’h en deiz m’en em lakom da veva anezi evid unan bennag, rag ar pez wella a c’hellfem ober euz or buez eo rei anezi evid ma kreskfe ar vuez, ha mil doare a zo da ober kement-se. Ar pez ne vez ket roet a ‘za da goll, a leverer a-wechou !

https://cdn-s-www.estrepublicain.fr/images/44DCF7DF-287C-4831-B7DF-4270D8D66071/NW_raw/le-11-septembre-10-ans-apres-1595312426.jpg   Nous avons revu sur les écrans ce que nous avions vu en direct le 11 septembre 2001 : les tours du World-Trade-Center de New-York frappées par des avions et s’écroulant, ainsi que la panique dans le coeur des gens. Nous étions à Lourdes avec le pèlerinage du diocèse de Quimper et nous avons tout de suite pensé qu’il faudrait prier et prier instamment pour que la réponse à un tel acte de terrorisme ne se fasse pas dans un esprit de vengeance. Nous savions déjà que c’est une autre voie qu’il fallait prendre, et hélas elle ne fut pas prise. Que de guerres et d’horribles tueries notre monde n’a t-il pas eu à souffrir suite à cet acte terroriste, en Irak, en Syrie, au Nigéria...et jusque dans notre propre pays. L’ombre du terrorisme rode encore aujourd’hui sur bien des pays.
   Comment vivre après cela ? Ceux qui avaient pu s’échapper du World-Trade-Center se posaient sans fin cette question. Leur esprit et leur coeur étaient dévorés par ce qu’ils avaient vu et vécu. Ils se sentaient coupables d’être vivants... comme le disent ceux qui sont restés en vie après la tuerie du Bataclan. Comment vivre encore ? La réponse de l’un de ceux qui ont été sauvés des tours de New-York m’a frappé le coeur. Il avait perdu tous ses amis et, pendant des années, avait traîné sa vie, jusqu’au jour où il eut un enfant. Et là tout changea. Pour ce petit enfant il valait la peine de vivre, de l’aider à devenir un homme et de lui transmettre tout ce qui est beau au monde, afin qu’il puisse à son tour embellir le monde. Ce petit enfant le tira du côté de la vie. Les paroles de cet homme m’ont rappelé celles de l’Abbé Pierre lorsqu’il demanda à quelqu’un qui voulait se suicider «Viens m’aider à aider d’autres», et ce fut le début d’Emmaüs.
   Notre vie, quelque insignifiante et fade elle puisse être prend un sens nouveau, une saveur nouvelle et bien plus large le jour où nous nous mettons à la vivre pour quelqu’un, car ce que nous pouvons faire de mieux de notre vie c’est de la donner pour que grandisse la vie, et il y a mille façons de le faire. Ce qui n’est pas donné s’en va se perdre, dit-on parfois !

Job an Irien d'ar 23 a viz gwengolo / le 23 septembre

An oabl / le ciel

   Nav eur noz eo... ha goulou en iliz ! Petra ’c’hoarvez ? E miz du emaom, ha n’eo ket tomm an amzer, hag en abardaez-mañ e ra glao. Mond a ran buan d’an iliz, hag e kavan e-kichenn ar sakreteri eun den yaouank a dregont vloaz pe wardro o labourad daoust d’ar yenienn. Ionel Panait eo e ano, hag eo eur repuad politikel euz Bro-Roumania e amzer Ceauchescu. Er bloaveziou deg ha pevar ugent ez-eus bet greet labouriou braz e iliz Trelevenez, ha p’eo bet lammet kuit an aoter hag an astaol a oa e-kichenn ar sakreteri, eo deuet war-wél eur freskenn euz ar seitegved kantved, Jezuz war ar groaz ha tro-dro dezañ binviji e Basion. Med siwaz koenvet eo e meur a lec’h ar gwiskad raz a zoug ar freskenn, ha Ionel e-neus aon e tistagfe pep tra diouz ar voger. Aze ema gand e flistrerez en e zorn o klask pega en-dro ar gwiskad raz ouz ar voger, santimetrad goude santimetrad. Gand pasianted, devez goude devez, e teuio a-benn da zavetei pep tra ha diwezatoc’h da lakad e ratre ar penntadur e-unan.
   Eun deiz all, kalz bloaveziou war-lerc’h, em-eus gwelet anezañ azezet war eur skabell, o terri viou e foñs an iliz. Dispartia a rae ar melen diouz ar gwenn, ha ne zalhe nemed ar melen. Felloud a rae dezañ liva bolz nevez an iliz hervez doare ar grenn-amzer evid ma pafe kantvejou ha kantvejou. Lakaad a rae pigmantou a liou er melen-vi evid aoza an danvez e-noa ezomm bemdez. Goude eur gwiskad tano tano e gwenn e peb lec’h war ar volz, e reas e liou glaz sklêrroc’h pe deñvalloc’h hervez ar sklêrijenn ha stered an neñv. Felloud a rae dezañ rei da intent ez om oll galvet d’an neñv-se hervez ar vuez on-no bevet. Lavared a rae : «Doue eo a raio ahanom eur steredenn wenn war eur foñs glaz teñval evid an noz, hag eur steredennig war eur foñs glaz sklêr evid an deiz. Or sklêrijenn a zeuio anezañ !» Evid lenn bolz iliz Trelevenez eo mad kaoud soñj a gement-se.
   Eur miz a-bez e-neus labouret war ar volz-se heb koll kalon, hag em-eus bet tro meur a wech da weled pegen seder ha pegen laouen e oa o kas al labour-se da benn. Marvet eo eun nebeud bloaveziou war-lerc’h, diwargoust eur c’hleñved diremed d’ar mare ma oa o vond da zimezi ! Ma ran ano anezañ hirio eo peogwir e-neus divizet e vignon, Valentin Scarlatescu, skriva en eur c’hornig euz ar volz : «Livet eo bet an neñv-mañ gand Ionel Panait.» Evel-se e vezo dalhet soñj euz an hini a felle dezañ rei da weled eun draig euz neñv an Aotrou Doue dre an oabl a welom bemdez.
La vie paroissiale | Commune de Tréflévénez   Il est neuf heures du soir... et il y a de la lumière dans l’église! Que se passe t-il? Nous sommes en novembre, il ne fait pas chaud et ce soir il pleut. Je vais rapidement à l’église, et je trouve auprès de la sacristie un homme jeune d’une trentaine d’années environ en train de travailler malgré le froid. Il s’appelle Ionel Panaït, et c’est un réfugié politique du temps de Ceaucescu. Dans les années qutre-vingt, on a effectué de grands travaux à l’église de Tréflévénez. Lorsque l’on a retiré l’autel et le retable auprès de la sacristie est apparue une fresque du XVIIème siècle représentant Jésus en croix entouré des instruments de la Passion. Mais hélas la couche de chaux qui supporte la fresque est boursoufflée en bien des endroits et Ionel a bien peur que tout ne se décroche du mur. Il est là, la seringue à la main, et il essaie de recoller la couche de chaux au mur centimètre par centimètre. Avec patience, jour après jour, il réussira à tout sauver et plus tard à restaurer la peinture elle-même.
   Un autre jour, bien des années plus tard, je l’ai vu en train de casser des oeufs au fond de l’église. Il séparait le jaune du blanc, et ne conservait que le jaune. Il voulait peindre la nouvelle voûte de l’église à la manière du moyen-âge pour qu’elle dure des siècles et des siècles. Il mettait des pigments de couleurs dans le jaune d’oeuf et préparait ainsi la peinture dont il avait besoin chaque jour. Après une fine couche d’impression en blanc sur toute la voûte, il la peignit d’un bleu plus clair ou plus profond selon la lumière et les étoiles du ciel. Il voulait donner à entendre que nous sommes tous appelés à ce ciel selon la vie que nous aurons vécue. Il disait : «C’est Dieu qui fera de nous une étoile blanche sur fond bleu profond pour la nuit, et petite étoile bleu-claire pour le jour. C’est de lui que viendra notre lumière !» Pour lire la voûte de l’église de Tréflévénez, il est bon de se souvenir de cela.
   Il a travaillé tout un mois sur cette voûte sans perdre coeur, et j’ai bien des fois eu l’occasion de voir combien il était serein et joyeux en accomplissant cette oeuvre.  Il est malheureusement décédé quelques années plus tard d’une maladie soudaine et incurable au moment où il allait se marier ! Si j’en parle aujourd’hui, c’est parce que son ami Valentin Scarlatescu vient d’écrire dans un petit coin de la voûte : «Ce ciel a été peint par Ionel Panait.» On se souviendra ainsi de celui qui voulait donner à voir un petit peu du ciel de Dieu à travers le firmament que nous voyons tous les jours.

Job an Irien d'ar 17 a viz gwengolo / le 17 septembre

An Niverenn (175) MINIHI LEVENEZ numéro (175) de la revue MINIHI LEVENEZ

 

An Niverenn (175) MINIHI LEVENEZ numéro (175) de la revue MINIHI LEVENEZ:

Pennadou / Chroniques

2020 HA SANT-ERWAN MONTROULEZEt Saint Yves de MORLAIX.

Koumanant bloaz (Bep eil miz) Abonnement annuel à la revue "MINIHI LEVENEZ": 50€

KLIKIT AMAÑ / CLIQUEZ ICI :

M'ho peus c'hoant kaout leoriou pe bladennou / Bon de commande. 

30ed deiz-ha-bloaz Minihi 30ed deiz-ha-bloaz Minihi dsc03138 dsc03140 dsc03143 dsc03144 dsc03145 dsc03147 dsc03148 dsc03149 dsc03153 dsc03155 dsc03157 dsc03161 dsc03162 dsc03163 dsc03164 dsc03165 dsc03166 dsc03167 dsc03168 dsc03172 dsc03173 dsc03174 dsc03176 dsc03177 dsc03181
<< > || >>
Free business joomla templates