Home

KELEIER / ACTUALITES

Amzer / Du temps.

   Pevar ’vedont tro-dro d’an daol, pevar yaouank, daou bôtr ha diou blac’h, ha dirag pep hini eur banne. En o dorn pe ouz o skouarn eun hezoug. Ger ebed kenetrezo... hag hervez ar pez a welen euz a bell, e-neus padet an dra-ze ouspenn eur c’hard-eur araog ma krogfent da gomz kenetrezo. Eur vamm-goz, a anavezan mad, he-deus lavaret din e c’hoarvez kement-se gand he bugale vihan p’en em vodont en he zi da geñver eur gouel bennag : «E poent pe boent e krog unan anezo en e hezoug hag en em lak da skriva. Ar re all a ra heñvel, pep hini en e gorn a-wechou... hag en em zantan a-re !» emezi. N’on ket bet souezet o lenn dindan pluenn Jacques Le Goff war Ouest-France penaoz eo difennet krenn implij eun hezoug e skol-veur Stanford (Kalifornia), al lec’h end-eeun m’o bet ijinet an teknikou niverel ! On evez eo a ya da fall : sachet amañ hag ahont gand skeudennou ar skrammou, on evez ne badfe ket hirio ouspenn nao eilenn diouz reñk, a-vec’h eun eilenn muioc’h eged ar peskig ruz !
   Red eo deom eta en em c’houlenn petra a reom euz on amzer, rag ar prisiusia tra roet deom bemdez eo ! Evid petra pe evid piou am-eus dispignet va amzer hirio ? Pa ’n-em c’houlenner an dra-ze, e vez tro da gaoud mez a-wechou pa weler on euz troet tro-dro deom doug an devez heb tamm plas ebed evid ar re all. Evidon ’m-eus greet boued, evidon ‘m-eus labouret, evid va diduamant e sellin bremaig ouz eur film... An oll draou-ze n’int ket fall eveljust, med peseurt evez a daolan-me ouz ar re all, me hag a blij din soñjal e vevan ganto hag evito ? Meur a hent a zo da rei kelou, da ziskouez on-eus ezomm euz o c’harantez, da rei da weled ive dezo e kontont evidom hag on-eus soursi ouz o yehed hag o eurvad, a gement ma c’hellom. Ha kement-se e gwirionez a c’houlenn amzer. On doare da implij on amzer a lavaro deom ar wirionez war ar pez a reom.
   Med gouzoud mad a reom ive ez-eus ar pez na vez ket gwelet. Pa gemerom amzer da zoñjal en unan bennag hag a vev er boan, pe a zo digalonekeet da vad, zokén heb beza en e gichenn, e c’hellom ober vad dezañ. Dougen ar re all evel-se en on diabarz a c’hell beza eun doare pedenn evito, eul liamm don eo d’an nebeuta, hag epad ar mareou hir ma ’z-om bet kraouiet, eo bet evid lod ar mod nemetañ da veza tost. Marteze ni on-unan on eus santet gwech pe wech, e kreiz diêzamañchou, ne vedom ket on-unan. N’om ket inizi : liammou a zo kenetrezom, ha mad eo a vare da vare kemer amzer da ziskouez d’or breudeur e taolom evez outo epad ouspenn nao eilenn !

Savoir apprécier le temps qui passe - Mes Clés du Bonheur

   Ils étaient quatre autour d’une table, quatre jeunes, deux gars et deux filles, et devant chacun une boisson. A la main ou à l’oreille, un portable. Aucune parole entre eux... et d’après ce que je pouvais voir de loin, cela a duré plus d’un quart d’heure avant qu’ils ne commencent à converser. Une grand-mère, que je connais bien, m’a dit qu’il arrive la même chose à ses petits enfants lorsqu’ils se rassemblent chez elle à l’occasion d’une fête : «A un moment ou l’autre, l’un d’eux prend son portable et se met à écrire. Les autres font de même, parfois chacun dans son coin... et je me sens de trop !» dit-elle. Je n’ai pas été étonné de lire, sous la plume de Jacques Le Goff dans Ouest-France, que l’université de Stanford (Californie), où est né le numérique, interdisait totalement l’usage de ces portables ! C’est notre capacité d’attention qui faiblit : attirée de ci de là par les images des écrans, notre attention ne durerait aujourd’hui pas plus neuf secondes, à peine une seconde de plus que celle d’un poisson rouge !
   Il nous faut donc nous demander ce que nous faisons de notre temps, car c’est la chose la plus précieuse qui nous soit donnée chaque jour ! A quoi ou pour qui j’ai dépensé mon temps aujourd’hui ? Quand on se pose cette question, on a parfois honte lorqu’on s’aperçoit que l’on a tourné tout autour de soi toute la journée, sans aucune place pour les autres. Pour moi j’ai cuisiné, pour moi j’ai travaillé, pour mon loisir je vais tout à l’heure regarder un film... Toutes ces choses ne sont pas mauvaises bien sûr, mais quelle attention ai-je pour les autres, moi qui aime bien penser que je vis avec les autres et pour eux ? Il y a beaucoup de chemins pour donner des nouvelles, pour montrer que nous avons besoin de leur amour, pour leur faire voir qu’ils comptent pour nous et que nous nous soucions de leur santé et de leur bonheur autant que nous le pouvons. Tout cela en vérité demande du temps. Notre façon d’utiliser notre temps nous dira la vérité sur ce que nous faisons.
   Mais nous savons bien aussi qu’il y a ce qui ne se voit pas. Quand nous prenons le temps de penser à quelqu’un qui vit dans la peine ou qui est complètement découragé, même sans être auprès de lui, nous pouvons lui faire du bien. Porter d’autres ainsi à l’intérieur de nou-mêmes, peut être une sorte de prière pour eux, c’est du moins un lien profond, et pendant les longues périodes où nous avons été confinés, pour certains ce fut la seule façon d’être proches. Peut-être avons-nous senti, une fois ou l’autre, au coeur de difficultés, que nous n’étions pas seuls. Nous ne sommes pas des îles : il existe des liens entre nous, et il est bon de temps en temps de prendre le temps pour montrer à nos frères que nous faisons attention à eux pendant plus de neuf secondes !

Job an Irien d'ar 18 a viz even / le 18 juin.

 

Liorzou / Jardins

   E kement bered a zo, pe dost, e kaver bremañ ar pez a vez anvet «liorz an eñvor», da lavared eo eul lec’h reñket evid ma vefe gellet ingala ennañ ludu an dud aet da anaon. Aliez eo eul lec’h kloz, gand mein ha plant bleuniou ha gwez a-wechou. E Trelevenez, ’vel e kalz berejou all, eo bet greet kement-se meur a vloavez a zo dija gand tud a vicher. Med evidon-me ez-eus kaerroc’h : eur gwir leor a eñvor hag a garantez bet greet gand tud ar barrez hag ar gomun penn-da-benn d’ar voger a gloz ar vered e tu an hanternoz. Kempennet e oa bet gand an ti-kêr eur riblennad douar a dregont santimetrad ledanded e tu diavêz ar voger, hag e oa bet lakaet eur mintinvez evid dond da blanta. Pep hini a zigasas gantañ plant bihan euz e liorz : broenn-mor, roz-gouez, roz-ruz, glizin, raden, brulu gwenn...oll bleuniou diwar ar mêz koulz lavared evid eur vered diwar ar mêz. Bep tro ma tremenan a-hed ar voger-ze e soñjan eo eur gwir gomz a garantez a zo lavaret aze d’an oll dud a zo beziet er vered-se.
   Da zul diweza miz mae e oa gouel ar mammou hag am-eus dalhet e pleg va skouarn klemm eur vaouez, a lavare din diouz ar mintin e Rumengol : «Va merc’h n’he-deus ket digaset din eur vleunienn, nag an disterra kartenn evid gouel ar mammou !.» Goude ar gousperou ’m-eus gwelet anezi en-dro, hag en taol-mañ e oa sederroc’h he fenn. «Galvet he-deus ahanon ! Ar bleuniou a ’n’em gavo warhoaz, emezi, hag hi he-unan dimerher, ar pez a zo gwelloc’h c’hoaz !»
   Kement hag ober ano euz bleuniou, e teu soñj din euz ar vaouez-se hag he-doa pedet ahanon da weladenni he liorz, eul liorz kaer gand plant bleuniou ha gwez bihan. Dre ma tiskoueze din ar plant e lavare n’eo ket ano ar blantenn, med da genta anoiou he bugale - rag plantet he-doa eun dra bennag da vare pask kenta pep hini anezo - ha goude-ze ano ar gwaz pe ar vaouez pe ar bugel zokén e-noa kinniget dezi ar blantenn-ze. Lavared a rae : «Lod a ra leoriou poltriji, med evidon-me ar gwella leor poltriji eo al liorz, rag kement plantenn amañ a zigas soñj din ouz an hini e-neus roet anezi din.» Abaoe m’he-doa savet al liorz-se he doa kemeret ar pleg da eskemm plant gand he amezeien ha mignoned, hag eveljust lod euz an dud-se a oa dija aet da anaon. «Bez’ ez-eo, emezi, ’vel ma vefent ganin c’hoaz el liorz-mañ. Eul leor beo eo va liorz !» Ar bleuniou a c’hell lavared eur garantez veo !


Photo : Jardin du souvenir
   Dans tout cimetière, ou presque, on trouve maintenant ce que l’on appelle un «jardin du souvenir», c’est à dire un endroit bien aménagé où on pourrait répandre les cendres des défunts. C’est souvent un lieu clos, avec des pierres, des plants de fleurs et parfois des arbres. Ici à Tréflévénez, comme en beaucoup d’autres cimetières, cela a été réalisé il y a déjà quelques années par une entreprise spécialisée. Mais pour ma part, je trouve qu’il y a plus beau : un vrai livre de mémoire et d’amour réalisé par des gens de la paroisse et de la commune le long du mur de clôture du cimetière du côté nord. La municipalité avait fait préparer une bande de terre d’environ trente centimètres de largeur du côté extérieur du mur, et avait fixé une matinée pour venir planter. Chacun apporta de petits plants de son propre jardin : armérias, rosiers sauvages, rosiers rouges, bleuets, fougères, digitales blanches... toutes des fleurs de la campagne pour ainsi dire pour un cimetière de campagne. Chaque fois que je passe le long de ce mur, je pense que c’est une vraie parole d’amour qui est dite là à tous ceux qui sont enterrés dans ce cimetière.
   Ce dernier dimanche de mai, c’était la fête des mères, et j’ai gardé au creux de l’oreille la plainte d’une maman qui me disait, le matin, à Rumengol : «Ma fille ne m’a fait parvenir ni une fleur, ni la moindre carte pour la fête des mères !» Je l’ai revue après les vêpres, et cette fois elle avait une tête plus sereine. « Elle m’a appelée ! Les fleurs arriveront demain, dit-elle, et elle-même mercredi, ce qui est encore mieux !»
   Tant qu’à parler de fleurs, il me revient en mémoire cette femme qui m’avait invité à visiter son jardin, un magnifique jardin avec des plants de fleurs et des arbustes. Au fur et à mesure qu’elle me montrait les plants, ce n’est pas le nom des plants qu’elle me disait, mais d’abord le nom de ses enfants - car elle avait planté quelque chose à la communion de chacun d’eux - puis le nom de l’homme, de la femme ou de l’enfant qui lui avait donné tel ou tel plant. Elle disait : «Certains font des albums photos, mais pour moi le meilleur album-photo est le jardin, car chaque plant ici me rappelle celui qui me l’a donné.» Depuis qu’elle avait commencé ce jardin, elle avait pris l’habitude d’échanger des plants avec ses voisins et ses amis, et évidemment certaines de ces personnes étaient déjà décédées. «C’est comme si elles étaient encore avec moi, dit-elle, dans ce jardin. Mon jardin est un livre vivant !» Les fleurs peuvent dire un amour vivant !

Job an Irien d'ar 11 a viz even / le 11 juin.

An Niverenn Nevez (174) MINIHI LEVENEZ : Gounid ar Baradoz / Gagner le Paradis.

 An niverenn-mañ "Gounid ar baradoz" a zo 'vel eun hent war-zu Pask, eur skiêrijenn ar C'hovid. Ma ro tro deoc'h d'en em zoñjal, deom petra "neus plijet deoc'h pe souezet ahanoc'h !

Ce numéro "Gagner le paradis" est un peu comme un chemin vers Pâques, une lumière dans l'obscurité du Covid. S'il vous donne l'occasion de méditer, faites-nous part de vos réflexions et de vos questions !

Koumanant bloaz (Bep eil mizAbonnement annuel à la revue MINIHI LEVENEZ : 50€  KLIKIT AMAÑ / CLIQUEZ ICI : M'ho peus c'hoant kaout leoriou pe bladennou / Bon de commande.

30ed deiz-ha-bloaz Minihi 30ed deiz-ha-bloaz Minihi dsc03138 dsc03140 dsc03143 dsc03144 dsc03145 dsc03147 dsc03148 dsc03149 dsc03153 dsc03155 dsc03157 dsc03161 dsc03162 dsc03163 dsc03164 dsc03165 dsc03166 dsc03167 dsc03168 dsc03172 dsc03173 dsc03174 dsc03176 dsc03177 dsc03181
<< > || >>
Free business joomla templates