Home

KELEIER / ACTUALITES

Estlammi / S’émerveiller



S'émerveiller avec la Nature – Mindfulness et méditation de pleine ...   Penaoz tenna eur vad bennag euz an droug, euz ar gwalleur zokén, pa gouez warnom ? Peurliesa, pa c’hoarvez, ne ’z-eus ennom nemed kounnar, hag om ’vel beuzet en deñvalijenn. Piou ha petra ’zo penn-kaoz d’an droug-se, d’ar c’hleñved diremed-se pe d’ar gwalleur-se a gouez warnon a-greiz pep kreiz, hag a lak va buez en arvar ? Fallagriez an den ? Eur blanedenn galed ? Harzou buez mabden ? Ha penaoz neuze stourm ouz an dizesper ? O lenn ar pez a skriv Bertrand Vergely on chomet souezet eun tamm, rag e respont dezañ eo «distrei d’an estlamm»! Penaoz kompren ?
  An estlamm a ra ano anezañ n’oe ket hini inosant ar bugel o tizolei kaerder ar bed. Ar bugel a jom bamet dirag kaerder ar vleunienn, pe kan al labous. An estlamm a gomz ar skrivagner diwar e benn a zo eun dra bennag all, hini an den a oar donded ar gwalleur, hag a zant beteg pelec’h eo gwasket gand ar pez a c’hoarvez gantañ, pe gand ar re all a gar. Ar C’hovid 19 a zo bet spontuz evid kalz tud, hag allaz marteze n’eo ket echu c’hoaz. «Arabad gouzañv on-unan-penn» emezañ. Red eo kredi lavared da unan bennag : «Ne ’z-an ket mad!», rag dre ar gomz eo e c’hellan cheñch penn d’ar vaz, ha rei tro d’an nerziou a vuez a zo ennon da zispaka en-dro, ha da c’helloud lavared : « An traou a ’z-a fall awalc’h dija, ha n’emaon ket o vond da lakaad ouspenn !» Eur seurt diskrog eo, pa zeuan a-benn da lavared : «Awalc’h gand an dristidigez hag ar reveulzi! Stop! Felloud a ra din beva!» Ar volontez-se a zigor dorojou nevez, zokén en heñchou-dalla. E-kreiz an deñvalijenn e teu deom nerziou nevez hag a zo roet deom. Al levenez a ziwan en-dro, hag a ra deom beva mareou ha n’or befe morse kredet posubl.
   Gouzoud a ran eo gwir ar pez a lavar Bertrand Vergely, displeget ganin en eun doare re verr amañ. Bez ez-eus eur mare evid pep tra, ha da genta ar mare da zelaou an hini a zo en toull, hag a lavar e gounnar, e zizesper hag e walleur, hag ar mare-ze a c’hell beza hir. Goude-ze, marteze, e c’hello kleved an traou kaer a zo c’hoarvezet gantañ e-kreiz e walleur. Er mareou-ze n’anavezan nemed eur gér da lavared : «Bez’ fiziañs !»



   Comment tirer quelque bien d’un mal, et même d’un malheur, quand il nous tombe dessus ? Le plus souvent, quand cela survient, il n’y a en nous que colère et nous sommes noyés dans l’obscccurité. Qui et quelles sont les causes de ce mal, de cette maladie incurable, ou de ce malheur qui nous tombe dessus au milieu de tout, ety qui mettent ma vie en danger ? La méchanceté humaine? Un destin cruel ? Les limites de l’homme ? Et comment tenir contre le désespoir ? En lisant ce qu’écrit Bertrand Vergely, je suis resté un peu étonné, car sa réponse est «Retour à l’émerveillement».

   Comment comprendre ?

   L’émerveillement dont il parle, n’est pas l’émerveillement naïf de l’enfant découvrant la beauté du monde. L’enfant reste ébahi devant la beauté de la fleur ou le chant de l’oiseau. L’émerveillement dont parle l’écrivain est bien autre chose. Il est celui de l’homme qui connaît la profondeur du malheur, et qui sent combien il est écrasé par ce qui lui arrive, ou qui arrive à ceux qu’il aime. Le Covid 19 a été épouvantable pour bien des gens, et hélas ce n’est peut-être pas fini. «Ne pas souffrir tout seul», dit-il. Il faut oser dire à quelqu’un : «Je ne vais pas bien!», car c’est par la parole que je peux changer la situation, et donner l’occasion aux énergies de vie qui sont en moi de se déployer de nouveau, et de pouvoir dire : « Ca va assez mal comme ça, et je ne veux pas en rajouter !» C’est une sorte de déclic, quand j’en viens à dire «Assez de tristesse et de révolte ! Stop ! Je veux vivre !» Cette volonté ouvre de nouvelles portes, jusque dans les pires impasses. Au milieu de l’obscurité nous viennent des énergies nouvelles qui nous sont données. La joie renaît, et nous donne de vivre des moments que nous n’aurions jamais cru possibles.
   Je sais que ce que dit Bertrand Vergely, présenté ici trop rapidement, est vrai. Il y a un temps pour tout, et d’abord un temps pour écouter celui qui est au fond du trou, qui dit sa colère, son désespoir et son malheur, et ce temps peut être long. Ensuite, peut-être, pourra t-il entendre les belles choses qui lui sont arrivées au coeur de son malheur. Dans ces temps-là, je ne connais qu’un mot à dire : «Confiance !»

Job an Irien d'ar 23 a viz mae / le 23 mai

Distro an tre / Le commencement du reflux

   Chagall, al livour Juzeo brudet, e-noa ranket meur a wech tehed euz e vro, ar Rusi, an Alamagn ha Pariz zokén,ablamour d’al lezennou eneb-juzeo. O soñjal en e yaouankiz eüruz e-neus skrivet eun deiz : «Ma ya kement buez, anad eo, war-zu eun termen, e tleom, keid ha ma pad, rei dezi liou ar garantez hag an esper !» Ar zoñj-se a zeu din ivez p’emaom bremañ o tigraouia tamm ha tamm. Daoust hag an amzer ma ’z’om bet kraouiet ’neus hadet ennom eun nebeud soñjou a garantez hag a esper, pe ez int dija nijet da bell gand diêzamañchou ar vuez pemdezieg ?
   Eur skeudenn all a zeu war va spered diwar eun abadenn tele gwelet ganin eur pennadig ’zo dija, eun abadenn gouestlet d’ar c’hoajou. Pa ‘z-eer da bourmen e koajou ha n’int ket bet plantet gand an den, e weler mad ne zav ket ar gwez stok ha stok. Plas a zo etrezo, evid ma c’hellfe pep hini anezo kreski ha sevel hervez e vent. Hag ar pez e-neus souezet ahanon eo gouzoud pegement a liammou a zo etrezo dre zindan douar, ha kement-se dre rouejou ar c’hebel-touseg. Ne ouiem ket e oa gouest evel-se ar gwez da rei kelou euz an eil gwezenn d’eben ma oa eun dañjer bennag o tostaad. Kement-se a zo bet evidon ’vel eur skwer euz ar pez on-eus bevet. Ne veze ket gwelet, ha koulskoude e veze daremprejou etrezom !
   Marteze on-eus desket zokén ema or buez ivez etre daouarn ar re all, hag ema or buez deom oll etre daouarn an eil egile. Oll ec’h esperom e raio ar re all ar pez a zo dleet evid pellaad ar c’hleñved, ha ni kenkoulz all a ra ar pez a c’hellom evid soursial outo. Gouzoud a reom bremañ emaom oll war ar memez bag, hejet ha dihejet gand eun gwall-amzer ha ne c’hortozem ket, ha ma seblant sioulaad eun tamm, e ouezom koulskoude n’eo ket echu an emgann. Eur frankiz nevez eo on-eus da zeski, eur frankiz hag a zalc’h soñj euz ar re all. Ne c’hello ket kén soñjal hepkén en on ezommou deom-ni ; red eo deom ive soñjal e gwella mad an oll. Ha kement ha ma c’hellim, hada tro-dro deom karantez hag esper. Or bed a vefe laouennoc’h !



   Chagall, le peintre renommé, avait dû plusieurs fois fuir son pays, la Russie, l’Allemagne et même Paris à cause des lois anti-juives. Pendant à son enfance heureuse, il écrivit un jour : «Si toute vie, inévitablement tire vers sa fin, nous devons, autant qu’elle dure, lui donner les couleurs de l’amour et de l’espoir.» Cette même pensée me vient, maintenant que nous déconfinons peu à peu. Est-ce que ce temps où nous avons été confinés a semé en nous quelques pensées d’amour et d’espoir, ou se sont-elles déjà envolées bien loin en raison des difficultés de la vie quotidienne ?
   Une seconde image me vient à l’esprit, suscitée par une émission de télé que j’ai eu l’occasion de voir il y a quelque temps, une émission consacrée aux forêts. Lorsque l’on va se promener dans des forêts qui n’ont pas été plantées par l’homme, on voit bien que les arbres ne poussent pas à se toucher. Il y a de l’espace entre eux, pour que chacun puisse grandir et s’élever selon sa propre taille. Et ce qui m’a le plus surpris a été de savoir les liens qui existent entre eux sous le sol, et cela grâce aux réseaux des champignons. Nous ne savions pas que les arbres pouvaient ainsi se transmettre des informations d’un arbre à l’autre si quelque danger approchait. Cela a été pour moi comme une parabole de ce que nous avons vécu. Cela ne se voyait pas, et pourtant il y avait des relations entre nous !
   Peut-être même avons-nous appris que notre vie est aussi entre les mains des autres, et que notre vie à tous est entre les mains des uns et des autres. Nous espérons tous que les autres feront ce qu’il faut pour éloigner la maladie, et nous-mêmes nous faisons ce que nous pouvons pour nous soucier des autres. Nous savons bien que nous sommes embarqués dans le même bateau, bien secoués par une tempête que nous n’attendions pas, et si celle-ci semble se calmer un peu, nous savons cependant que le combat n’est pas terminé. C’est une nouvelle liberté qu’il nous faut apprendre, une liberté qui tient compte des autres. Nous ne pouvons plus penser seulement à nos propres besoins ; il nous faut aussi penser au bien commun. Et autant que nous le pourrons, semer autour de nous l’amour et l’espoir. Notre monde en serait plus joyeux !

Job an Irien : d'ar 15 a viz mae / le 15 mai

Dibab ar vuez. / Choisis la vie.

   Ma soñjom kement er vuez, er frankiz hag en amzer da zond er mare-mañ eo ablamour d’ar maro deuet d’or gelei gand e skeud dre ar virus-kurunenn. Hag e teuom a-greiz-pep-kreiz d’en em renta kont ez om bresk ha berrbaduz, ha ni a gave deom beza pelleet ar maro gand on teknikou. Bemdez e vez digaset soñj deom ez-eus tud hag a vez falhet gand ar c’hleñved hag, er memez amzer, e welom mad tro-dro deom ar vuez o vond war-raog e peb doare! Heb fin eo an emgann etre ar maro hag ar vuez. «Lakaet am-eus dirazout ar vuez hag ar maro. Dibab ar vuez !» eme ar Bibl. P’emaom o tigraouia tamm ha tamm e santom or bezo ezomm ouspenn an teknikou evid dibab ar vuez, rag dibab ar vuez a zo digemer war eun dro an diabarz hag an diavêz.
   Abaoe ar 17 a viz meurz om bet rediet da veva en diabarz, da lavared eo en or bed deom-ni on-unan-penn, hag evid lod gand on tud deom-ni hepkén. An diavêz a vedo pelleet, hag e drouz zokén ne zeue deom nemed dre gwagennou an tele pe ar radio. Deuet e oa da veza eur bed a zañjer kuz, rag eur viruz n’e-neus bro ebed hag e c’hell pourmen euz an eil bro d’eben. Darn o-deus bevet ar zizunveziou-ze ’vel eur seurt retred da adlenn o buez, ha d’en em renta kont pegement e vedont stag ouz ar re all, pegement o-doa ezomm anezo paneve nemed evid beva.
   Ha setu an nor o tigeri ! « Torret eo ar roued ha setu ni dinijet kuit!» a lavar ar zalm. Ha dond a raim en-dro da veza tud an diavêz hepkén, tud lonket gand ar pez a reom, heb derhel kont euz ar pez ez om en on diabarz ? On amzer a graouiadeg ’neus desket deom koulskoude e oa eun dra a dalvoudegez gouzoud trugarekaad evid kement tra gaer a vevom pe a welom bemdez, dreist-oll marteze ar re guzeta hag a roe c’hoant deom da stlakal on daouarn bep abardaez ?
   On diabarz eo a zikouro ahanom da rei eul liou d’ar pez a zeu deom dre an diavêz. Kenskoazell ha karantez, vertuziou on diabarz, ne reont ket a drouz, med hepto e teu an diavêz da veza re aliez trouz goullo ha divlaz. Ezomm on-eus anezo da vuezekaad ar bed da zond !


   Si nous pensons tellement à la vie, à la liberté et à l’avenir ces temps-ci c’est parce que la mort est venue nous recouvrir de son ambre par le corona-virus. Et d’un seul coup, nous nous rendons compte que nous sommes fragiles et éphémères, nous qui pensions avoir éloigné la mort par nos techniques. On nous rappelle chaque jour qu’il y a des gens fauchés par la maladie, et dans le même temps nous voyons bien autour de nous la vie s’épanouir de mille façons. Le combat entre la vie et la mort est sans fin. «J’ai mis devant toi la vie et la mort: choisis la vie !» dit la Bible. Au moment où nous déconfinons petit à petit, nous sentons bien que nous aurons besoin davantage que de techniques pour choisir la vie, car choisir la vie c’est accueillir à la fois l’intérieur et l’extérieur.
   Depuis le 17 mars, nous avons été obligés de vivre à l’intérieur, c’est à dire dans notre monde à nous tout seuls, et pour certains avec seulement les nôtres. L’extérieur s’était éloigné, et son bruit ne nous parvenait plus que par les ondes de la télé ou de la radio. L’extérieur était devenu un monde de danger caché, car un virus n’a pas de pays et peut se propager d’un pays à l’autre. Certains ont vécu ces semaines comme une sorte de retraite pour relire leur vie, et se rendre compte combien ils dépendaient des autres, combien ils avaient besoin d’eux, ne serait-ce que pour vivre.
   Et voici que la porte s’ouvre ! «Le filet s’est rompu et nous nous sommes envolés!» dit le psaume. Redeviendrons-nous des gens de l’extérieur seulement, avalés par ce que nous faisons, sans tenir compte de ce que nous sommes intérieurement ? Notre temps de confinement nous a pourtant appris que c’était important de savoir remercier pour toutes les belles choses que nous vivons et voyons chaque jour, peut-être même les plus cachées qui nous donnaient envie d’applaudir tous les soirs !
   C’est notre intérieur qui nous aidera à donner une couleur à ce qui nous vient de l’extérieur. Solidarité et amour, vertus de l’intérieur, ne font pas de bruit, mais sans elles l’extérieur devient trop souvent bruit vide et insipide. Nous en aurons bien besoin pour vivifier le monde qui vient !

Job an Irien : d'ar 8 a viz mae / le 8 mai

An Niverenn Nevez (170) MINIHI LEVENEZ : An douar hag an aoter / Jan Jugan

 

Nouveau numéro (170) de la revue MINIHI LEVENEZ :

An dour hag an aoter / l'eau et l'autel

JAN JUGAN

Koumanant bloaz (Bep eil miz), Abonnement annuel à la revue "MINIHI LEVENEZ" : 50 €

KLIKIT AMAÑ / CLIQUEZ ICI :

M'ho peus c'hoant kaout leoriou pe bladennou / Bon de commande.

PELERINAJ 2020 / PELERINAGE 2020

 

 

KERNE VEUR : Eil lodenn miz gouere.

Lakaad an ano araog Nedeleg en eur skriva da "Minihi Levenez 29 800 TRELEVENEZ"

CORNOUAILLES : Fin juillet.

S'inscrire avant Noël afin de réserver des logements, en écrivant à "Minihi Levenez 29800 Tréflévenez"  

30ed deiz-ha-bloaz Minihi 30ed deiz-ha-bloaz Minihi dsc03138 dsc03140 dsc03143 dsc03144 dsc03145 dsc03147 dsc03148 dsc03149 dsc03153 dsc03155 dsc03157 dsc03161 dsc03162 dsc03163 dsc03164 dsc03165 dsc03166 dsc03167 dsc03168 dsc03172 dsc03173 dsc03174 dsc03176 dsc03177 dsc03181
<< > || >>
Free business joomla templates